Magicien, Prestidigitateur ou Illusionniste ?

Magicien, Prestidigitateur ou Illusionniste… Il n’est pas rare de rencontrer des spectateurs qui se demandent la différence entre un magicien, un prestidigitateur ou un illusionniste. Il s’agit en réalité de trois appellations qui désignent la pratique de l’art de la magie. Cela regroupe l’ensemble des moyens, outils, techniques et stratagèmes permettant de réaliser une illusion ou même un moment magique. Voici donc un petit article sur ce sujet, en espérant que cela réponde à vos questions et ouvre votre intérêt sur ce sujet.

Tout d’abord, n’oublions pas que la magie a longtemps été assimilée à de la sorcellerie ou même à de la magie noire. En réalité il s’agit d’une approche complètement différente qui a pour unique dessein de faire vivre un moment particulier, voir inoubliable aux spectateurs. Avant d’être appelée illusionnisme ou prestidigitation, la discipline de la magie a connue de nombreuses appellations. Voici la description de certaines d’entre elles :

Escamoteur

EscamoteurL’escamotage viendrait de l’arabe escamote désignant une petite balle de liège à laquelle on a donné plus tard le nom de muscade, à cause de sa ressemblance avec le fruit du même nom.

A l’origine, l’escamotage s’appliquait uniquement aux gobelets et plus précisément au bonneteau, qui était le plus vieux tour au monde répertorié. Le praticien de l’escamotage est appelé escamoteur. Aujourd’hui vous pouvez croiser des personnes pratiquant le bonneteau dans les grande ville comme par exemple à Paris près de Montmartre la tour Eiffel.

Prestidigitateur

Le mot « prestidigitateur » (issu du latin prestigiatore), a existé en français jusqu’à la fin du siècle des Lumières. Praestigiator, au XIIe siècle, désignait un prestidigitateur, un faiseur de tours et il ajoute que l’on soupçonnait le diable d’être l’auxiliaire de ces baladins : de là, plus tard, le glissement de terme de prestidigitateur à magicien. Mais, en 1583, le concile provincial de Tours l’utilise comme synonyme de magus (magicien).

Le prestidigitateur utilise des techniques essentiellement manuelles : manipulations de cartes, de pièces, d’objets en tout genre afin de réaliser des effets de type close-up.

Ainsi, les prestidigitateurs présentent avant tout des numéros en « close-up », c’est à dire en plan très rapproché. Habituellement, un prestidigitateur se produit de tables en tables, durant un repas et/ou sur scène style cabaret ou petit théâtre.

Aujourd’hui le mot prestidigitation ne peut définir à lui seul l’art de la magie puisque cet art ne consiste pas seulement en la vitesse des doigts. La réussite dans cet art se fait grâce à un ensemble de critères tels que la manipulation, les accessoires, le timing : respect des temps forts et des temps faibles, le boniment ou la musique, les fioritures, l’attitude (la personnalité et l’originalité), le regard, le don de comédien…

Illusionniste

IllusionL’illusionnisme est pratiqué le plus souvent par des artistes dans le cadre du monde du spectacle. Le magicien s’est entraîné pour créer les illusions qui leurrent nos sens : il fait apparaître et disparaître diverses choses, il défie la gravité, transforme la matière, lit dans les pensées, voit dans l’avenir. Avec ses astuces et son habileté, son adresse et son boniment, une mise en scène théâtrale, un éclairage subtil ou un fond musical, le magicien crée un contexte grâce auquel son trucage – au demeurant parfois fort simple, mais astucieux – devient stupéfiant au point de créer l’illusion qu’un mystère vient de se produire sous nos yeux.

Avant d’être un divertissement, la prestidigitation a servi à matérialiser le divin et s’est assimilée à la magie noire, tandis qu’elle s’est peu à peu affirmée magie blanche pour s’éloigner des bûchers. Sa pratique a longtemps profité aux sorciers, mais les a aussi souvent conduits à être poursuivis par l’Inquisition. C’est d’ailleurs dans le but de démystifier les procédés employés par les escamoteurs et autres faiseurs de tours en vue de leur éviter le bûcher, que Reginald Scot (1538-1599) publia en 1584 The Discoverie of Witchcraft (La Sorcellerie dévoilée).

Ironiquement, cet ouvrage est rapidement devenu un manuel d’apprentissage pour les prestidigitateurs débutants de l’époque.

Aujourd’hui la dénomination d’illusionniste permet de rendre compte de la diversité de l’art magique, puisqu’il cesse de mettre l’accent sur la dextérité (comme le faisait prestidigitation) pour pointer une réalité plus large liée à l’illusion en général. Ainsi l’illusionniste use de techniques plus mécaniques ou théâtrales (éclairages etc…) afin de faire vivre un moment irréel aux spectateurs. On dira que les illusionnistes préfèrent la scène et ont souvent plus de matériel.

Le mentaliste

Patrick-JaneUne autre voie existe dans l’univers de la magie, il s’agit du mentalisme. Le mentaliste propose des illusions psychologiques : lecture de pensée, divination, prédiction. En général, les mentalistes n’aiment pas être assimilés à des illusionnistes ou à des prestidigitateurs. Ils n’en restent pas moins des magiciens, car ils utilisent des techniques psychologiques pour tromper le public… L’art du mentalisme est basé notamment sur la PNL (Programmation Neuro Linguistique), mais également la manipulation au sens large.

Pour ma part, je me considère plutôt comme un prestidigitateur, spécialiste du close-up j’ai très peu de matériel et je peux pratiquer la magie un peu partout. Je suis également passionné par le mentalisme est tous ses dérivés.

Le magicien

Le magicien sera quant à lui un acteur ayant pour rôle de jouer le prestidigitateur, l’illusionniste, l’escamoteur… Ainsi le magicien est une personne usant d’artifices et méthodes afin de faire vivre des illusions.

En général, un magicien est un prestidigitateur et illusionniste cependant il est chose courante que le magicien se spécialise dans l’une ou l’autre des spécialités afin de pouvoir s’améliorer au maximum.

 

Posté le 18 mars 2013 par .